top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Le Temps | Quand le débarquement en Italie conduit à l’emprisonnement

En ligne depuis le 12 octobre 2018

Plus de 1500 personnes migrantes débarquées en Sicile ont été emprisonnées depuis 2013. Cette année-là, après un naufrage sans précédent, le gouvernement italien désigne les coupables en déclarant la guerre aux soi-disant “passeurs”. Depuis, de nombreuses arrestations se font à chaque interception d’embarcation et les personnes restent emprisonnées durant de nombreux mois avant qu’un jugement ait lieu. L’article évoque comment certaines personnes aujourd’hui considérées coupables sont avant tout des héros qui ont repris la barre pour sauver leur embarcation chancelante.

Article de Antoine Hariri intitulé “En Italie, les migrants sont arrêtés à la chaîne pour avoir tenu la barre.” publié dans le quotidien Le Temps, le 11 octobre 2018. Cliquez ici pour lire l’article complet sur le site du Temps

Illustration de l’article “En Italie, les migrants sont arrêtés à la chaîne pour avoir tenu la barre”

[….] Quand il a été récupéré en haute mer en automne 2016 par un bateau italien avec 157 autres compagnons d’infortune, Moussa*, un Gambien de 20 ans, pensait respirer. Mais son cauchemar n’était pas terminé. Dans le port de Palerme, une longue file d’officiels et de secouristes l’attendait. «A peine arrivé, j’ai été arrêté par des policiers. Sans que je comprenne ce qui m’arrivait, je me suis retrouvé en prison», raconte-t-il. Une fois sa surprise passée, Moussa demande des explications. Il n’en aura pas.

Au lieu de cela, une question revient sans cesse: «Est-ce que tu pilotais l’embarcation?» Pour la police italienne, il dirigeait le bateau qui lui a permis de quitter la Libye. Il passera près de six mois en prison et son jugement n’a toujours pas été rendu. Son avocat Marco Di Maria l’assure: «Lorsque les policiers palermitains ont arrêté Moussa et neuf autres migrants, ils n’ont fait aucune vérification sur leurs liens avec une organisation criminelle en Libye. Ils se sont contentés de les mettre en prison.» […]

Lire la suite de l’article sur le site du Temps

En lien, relisez le décryptage du Comptoir des médias:  Passeurs de migrants, tous criminels? publié sur notre site depuis le 31 mai 2016


En relation avec cet article

,