top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Solidarité sans frontières | Soutien à Anni Lanz contre le délit de solidarité

En ligne depuis le 3 décembre 2018 - modifié le 4 décembre 2018

Le 6 décembre 2018, Anni Lanz comparaît en justice à Brigue. L’ancienne secrétaire générale de Solidarité sans frontières doit se présenter à la barre du tribunal de première instance de Brigue pour avoir voulu aider, le 24 février 2018, un réfugié afghan à (re)gagner le territoire suisse à Gondo. Ce qui a l’air d’une banale histoire de passeurs cache en fait une grave réalité. Solidarité sans frontières appelle à venir soutenir Anni Lanz le 6 décembre 2018 à Brig à 13 heures devant le tribunal de première instance au palais Stockalper.

Le site de Solidarité sans frontières a publié le texte que nous reproduisons ci-dessous et sa version allemande le 28 novembre 2018.

Pour se rendre à Brig, des transport sont organisés. Vous pouvez notamment contacter: comitesoutien-3db[at]riseup.net

Anni Lanz. Source: Solidarité sans frontières

En avril 2017, un homme afghan, que nous nommerons Tom ici, se réfugie auprès de sa sœur en Suisse. Il est profondément traumatisé. Appartenant à l’armée afghane, il était menacé par les Talibans, son père a été tué à sa place. Alors qu’il se trouvait déjà en Suisse, sa femme et son enfant furent également assassinés.

Durant sa fuite, Tom a traversé de nombreux pays, dont le dernier a été l’Italie. Il n’a déposé une demande d’asile qu’en Suisse puisque sa sœur et son gendre vivent ici. Malgré cela, les autorités suisses ont décidé qu’il devait suivre la procédure d’asile en Italie et l’y ont renvoyé.

Depuis des années, Anni Lanz rend régulièrement visite à des prisonniers de la prison de renvoi bâloise du Bässlergut. Au cours du froid mois de février 2018, elle y fit la connaissance de Tom. Il lui semblait très désorienté, souffrait de fortes douleurs crâniennes, détresse respiratoire et insomnie. Puisque le délai de recours courait encore, ni Anni Lanz ni les représentants juridiques de Tom ne pensaient à un renvoi à court terme, d’autant plus que les autorités n’avaient pas eu avec lui des entretiens préparatoires à cet effet. Quelques jours après la visite d’Anni, Tom a été reconduit à Milan, dans un centre d’asile certes, mais immédiatement renvoyé de celui-ci. Ses affaires avec des vêtements chauds s’étant perdues en route, il a été obligé de passer plusieurs nuits sans veste ni manteau à la rue avant de réussir à gagner Domodossola d’où il a pu contacter ses proches en Suisse.

Selon plusieurs rapports médicaux, Tom souffre d’un sévère syndrome de stress posttraumatique qui nécessite un traitement psychothérapeutique intensif. Il avait été admis à quatre reprises entre juillet 2017 et janvier 2018 dans une clinique psychiatrique. Entre deux, il était en soins ambulatoires, et sa sœur et son beaux-frère devaient le surveiller jour et nuit, surtout après qu’il ait appris la nouvelle de l’assassinat de sa femme et son enfant. Il a fait plusieurs tentatives de suicide, même en clinique. Il avait par conséquent été jusqu’au 8 janvier 2018 en thérapie stationnaire. Deux semaines plus tard, il a été transféré au Bässlergut en vue de son expulsion Dublin.

Après son refoulement vers Milan, Tom s’est retrouvé à la rue, sans bagages, sans habits chauds, sans documents et sans médicaments indispensables. Pendant trois jours et trois nuits aux températures glaciales, il n’a survécu que grâce à la générosité des passants qui lui ont apporté des vêtements et de la nourriture et l’ont laissé téléphoner avec leurs portables. Ce n’est pas évident, car en Italie il y a beaucoup de réfugiés sans abri, et les passants ont souvent peur d’eux. Pour Tom aussi la vie dans la rue était dangereuse. Les personnes sans protection d’un groupe y sont souvent attaquées et dévalisées de nuit.

Anni Lanz a tenté de reconduire Tom en Suisse, car sa procédure y était toujours en cours et d’un point de vue médical son séjour auprès de sa sœur était la meilleure solution. Malheureusement, les gardes-frontières les ont attrapées, Anni, son protégé et le beaux-frère de celui-ci, au moment où ils cherchaient à traverser la frontière à Gondo. Il y eut des plaintes pénales, et pour Tom une longue interdiction d’entrée et le renvoi vers l’Italie.

Des ordonnances pénales contre Anni Lanz et le beau-frère de Tom ont été prononcées. Anni, accusée d’avoir favorisé le passage illégal d’un étranger en territoire suisse, devrait payer 30 jours-amendes de 50 francs (avec sursis de deux ans) et une peine pécuniaire de 300 francs (sans sursis) ainsi que les frais de procédure.

Nous soutenons Anni et nous l’accompagnons le 6 décembre 2018 à Brigue où nous nous retrouvons à 13 heures devant le tribunal de première instance au palais Stockalper.


En relation avec cet article

, ,