top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Délit de solidarité | Calculs d’apothicaires

En ligne depuis le 15 avril 2019 et publié dans

Si Anni Lanz a agi dans un but «purement humanitaire» lorsqu’elle a porté secours à un ressortissant afghan en l’aidant à gagner le territoire suisse depuis l’Italie, elle ne s’en tirera pas à si bon compte. Le Tribunal de Brigue a en effet considéré qu’il y avait bien eu incita- tion à l’entrée illégale, même si le cas était de « peu de gravité». Et pour dissuader celles et ceux qui auraient l’idée de 1) agir selon sa conscience et 2) contester la sanction au nom de ce principe, le juge a tapé dans le porte-monnaie.

En première instance, le procureur avait condamné par ordonnance pénale l’ancienne secrétaire générale de Solidarité sans frontières à 30 jours- amende de 50 francs par jour, avec un sursis de 2 ans, une amende à payer de 300 francs, auxquels s’ajoutent les frais de procédure de 400 francs. Total: 2 200 francs, dont auraient été retranchés les 1 500 francs de jours-amende en cas de non-récidive.

La militante ayant fait opposition, une audience a eu lieu et la condamnation pénale en jours-amende a été supprimée… Mais Anni Lanz devra payer une amende de 800 francs, tandis que les frais de procédure ont été augmentés  à 1400 francs! Total 2200 frs… incompressibles.

Le déroulé et le contenu du jugement sont, sans surprise, une ode au régime Dublin et un déni des conditions réservées aux réfugiés en Italie. Nous y reviendrons dans notre prochaine édition.

SMA


En relation avec cet article