top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Sanctions dans les centres fédéraux | Puni pour avoir voulu assister à la naissance de son enfant

En ligne depuis le 21 décembre 2017 et publié dans - modifié le 22 décembre 2017

Photo: Alexis Thiry

Un couple est arrivé séparément en Suisse. La femme, arrivée la première, a été attribuée à un canton, où elle a attendu le terme de sa grossesse. Lorsque son mari est arrivé en Suisse, le SEM l’a envoyé trois mois au centre fédéral des Rochats, dans la montagne loin de tout, à six kilomètres à pied de la première station de bus postal.

Le jour de l’accouchement, l’autorité a refusé de lui remettre un titre de transport pour se rendre au lieu de naissance de son enfant. Il a donc pris les transports publics sans moyens, car les 21 francs d’argent de poche hebdomadaire ne lui suffisaient pas pour se déplacer.

Après l’accouchement, il est donc rentré au centre avec deux amendes, pour l’aller et le retour, de 120 et 220 francs. Pire: il est revenu plus tard que l’horaire limite de 17 heures 00 fixé par le centre. Or, tout retard est sanctionné par une privation de sortie d’un jour. Il a donc été retenu au centre pendant toute la journée du lendemain, ceci malgré le certificat médical qu’il a dûment présenté et qui précisait que sa présence à l’hôpital était nécessaire pour assister à la naissance de son enfant.

La décision lui a été communiquée oralement, sans préciser la base légale sur laquelle elle s’appuyait. La sanction a été appliquée de manière mécanique sans tenir compte des circonstances individuelles (la nécessité d’être présent lors de la naissance de son enfant). Ce manque de considération a été vécu comme une humiliation. La discipline imposée dans les centres et l’omniprésence du regard de l’autorité sont infantilisantes parce qu’elles provoquent un sentiment de perte de la maîtrise sur soi et sur son quotidien.

Retrouvez l’article complet “Nouvelle sanction édifiante au centre fédéral”, publié sur le site de Droit de rester pour tou·te·s, mai 2017., en cliquant ici.

Cet article fait partie d’un dossier sur la liberté de mouvement des personnes relevant du domaine de l’asile publié dans l’édition de septembre de la revue Vivre Ensemble (n°164).

ÉDITORIAL  Liberté de mouvement. Abus de droit
MIGRATION ET LIBERTÉ DE MOUVEMENT Amis ou ennemis?
ANALYSE Liberté de mouvement | Chronique de dérives ordinaires
CAMPAGNE SOLIDARITÉ SANS FRONTIÈRES Pas de frontières dans nos quartiers!
SANCTIONS DANS LES CENTRES FÉDÉRAUX Puni pour avoir voulu assister à la naissance de son enfant
DÉTENTION Le regard des geôliers. Agents du contrôle migratoire?
POLITIQUE Sortie de suisse interdite pour les permis F?
CRIMINALISATION DE LA MIGRATION IRRÉGULIÈRE Des effets contre-productifs sur les droits humains