top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

HCR | Des artisans réfugiés se forgent une nouvelle vie en France

En ligne depuis le 7 mai 2018

La Fabrique Nomade aide des artisans réfugiés en France à poursuivre leur activité.

Article de Kamilia Lahrichi et Bela Szandelszky, publié le 13 novembre 2017 sur le site du HCR. Cliquez ici pour lire l’article sur le site du HCR.

Dans l’atelier de poterie de Yasir Elamine à Paris, on s’emploie à couper, marteler, pétrir, peindre au pochoir et modeler.

Yasir, un potier soudanais, et ses stagiaires français échangent des idées et discutent d’esthétique. Devenu réfugié, Yasir pensait qu’il en avait fini de sa vie d’artiste. L’action menée par La Fabrique Nomade, une ONG appuyée par le HCR, l’a fait changer d’avis.

La Fabrique Nomade encourage les artisans des communautés migrantes et réfugiées à préserver et transmettre leurs techniques et métiers traditionnels, qu’il s’agisse de tissage ou de broderie ou encore de poterie ou de sculpture sur bois.

La Fabrique Nomade s’attache à promouvoir leur travail et à présenter leurs créations aux salons du design. Elle soutient les créateurs en les aidant à se faire des connaissances dans les milieux français de l’art et du design. Elle les aide également à acquérir des compétences de base pour trouver un emploi, comme se constituer un portfolio artistique et rédiger un CV.

Ablaye Mar, brodeur sénégalais, collabore avec Sabatina Leccia, artiste-créatrice française de mode. © HCR/Benjamin Loyseau

Pour Inès Mesmar, fondatrice de La Fabrique Nomade, l’objectif n’est pas seulement de permettre aux réfugiés d’exercer leurs talents, mais aussi de partager des compétences précieuses avec la communauté locale. Selon elle, il s’agit également d’aider les réfugiés à changer d’attitude «pour les aider à transmettre leurs connaissances plutôt que de vivre comme de simples bénéficiaires de l’aide et de l’assistance».

Yasir est tout à fait d’accord. La Fabrique Nomade lui a permis de renouer avec un univers qu’il pensait avoir perdu à tout jamais.


En relation avec cet article

, ,