top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Préjugés sur l’asile

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Droit de rester Neuchâtel | Inquiétude au sujet du Centre fédéral de Perreux

En ligne depuis le 17 juillet 2018

Dans une lettre ouverte adressée aux autorités communales, cantonales et fédérales compétentes, l’Association Droit de rester Neuchâtel fait part de son inquiétude au sujet des conditions d’accueil dans le nouveau Centre fédéral pour requérant.e.s d’asile de Perreux. Contresignée par 26 députés au Grand Conseil, cette lettre énumère notamment onze mesures urgentes à prendre pour améliorer l’accueil des personnes demandant l’asile. Nous les relayons ci-dessous.

Pour accéder à la lettre dans son intégralité en version pdf, cliquez sur le lien suivant.

Le journal Arcinfo revient sur ces préoccupations concernant le Centre fédéral pour requérant.e.s d’asile de Perreux. Pour accéder à l’article en version pdf, cliquez ici.

Droit de rester Neuchâtel est une association de défense des droits des migrants basée à Neuchâtel. Nous aimerions faire part publiquement de notre inquiétude concernant les conditions d’accueil dans le nouveau Centre fédéral pour requérant.e.s d’asile de Perreux.

La phase pilote de la restructuration du domaine de l’asile y a débuté en avril 2018. Actuellement, il y a une cinquantaine de personnes qui y logent, mais à terme, il est prévu que plusieurs centaines de requérant.e.s d’asile d’origines multiples y cohabitent. La structure, à l’heure actuelle, n’offre pas les infrastructures, l’accompagnement et les conditions d’accueil adéquats pour des personnes en quête de protection (…).


En relation avec cet article

, ,