top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Kobane calling, par Zerocalcare

En ligne depuis le 23 décembre 2019 et publié dans - modifié le 20 décembre 2019

C’est l’histoire du voyage au Kurdistan, d’abord à la frontière turque, en Irak puis au Rojava (la région autonome kurde de Syrie) de Zerocalcare, bédéiste romain engagé. Grâce à son talent, il nous emmène à la rencontre de cette région, là où on a l’impression d’être « au centre de toutes les contradictions et les conflits du monde globalisé ». «Et toi, tu te sens toujours l’idiot du village»

Kobane calling, bande dessinée, Zerocalcare, Les éditions Cambourakis, 2019

Avec une grande sincérité et beaucoup d’humour, il relate ses états d’âme, ses interrogations personnelles sur le bien-fondé de sa démarche, ses angoisses. Enfant des années 80, il puise dans ses références personnelles pour décrire ses impressions. Chez lui, le douanier surveillant la frontière irako-syrienne prend des airs du méchant dans Ken le Survivant et l’entrée au Centre culturel kurde de Rome a le même effet que la traversée d’une Stargate.

Mais, conscient que personne n’est plus à même de raconter l’histoire d’une région que les gens qui y vivent, Zerocalcare donne avant tout la parole à celles et ceux qu’il rencontre: des combattantes de l’armée des femmes kurdes, des membres du PKK s’entraînant dans les montagnes, des employé-es d’ONG ou les habitant-es qui l’hébergent. Il retranscrit ainsi de manière simple et compréhensible la complexité d’une guerre si souvent dénaturée par les médias et le discours politique et éclaire les enjeux du combat que les Kurdes mènent pour une société libre et égalitaire.

« Un élément physique sépare l’Irak de la Syrie, à Semalka. Un élément plus concret que toutes les frontières dessinées à la règle dans un bureau. Le Tigre. C’est pas grand-chose, il faut juste le traverser, d’une rive à l’autre. Quand tu descends du bateau, dès que tu poses un pied à terre, tu es en Rojava. Le paysage est le même. C’est le même fleuve, sans rien autour. Il fait toujours 50 degrés. Et pourtant. Quelque chose a changé.»

ÉLISA TURTSCHI

Cet article a été publié dans un cahier spécial de la revue Vivre Ensemble, qui propose une sélection de livres et BD sur la thématique de l’exil. À télécharger ici ou en cliquant sur l’image ci-dessus.


En relation avec cet article

, , ,