top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Livre | « Invisible », une BD documentaire

En ligne depuis le 14 décembre 2020 - modifié le 28 janvier 2021

Livres à (s’)offrir

En cette fin d’année 2020 où les contacts sociaux sont fortement réduits, la lecture reste un important repère. Entre le 25 novembre et le 20 décembre, nous proposons sur notre site asile.ch une sélection de  publications à lire et à offrir. Nous vous présentons aujourd’hui «Invisible» de Ursula et Barbara Yelin, une bande dessinée documentaire à mettre entre les petites et grandes mains

Invisible , une BD documentaire de Ursula et Barbara Yelin, 2019. Auto-édition. Prix indicatif à partir de 10 CHF.

Une histoire suisse, mais aussi une histoire européenne

Ursula Yelin et son mari habitent avec leur enfants dans un petit village bucolique niché dans les montagnes bernoises. A travers un groupe d’entraide bernois, ils vont faire la connaissance d’exilé·e·s érythréen·ne·s venus en Suisse pour y chercher un refuge et un avenir. Cette bande dessinée documentaire se concentre sur le personnage de Kidane, en y développant un récit narratif allant des raisons de sa fuite de l’Érythrée, en passant par sa rencontre avec la famille bernoise, jusqu’à ce sentiment d’invisibilité que ressentent celles et ceux qui sont débouté·e·s et qui vivent à l’aide d’urgence en Suisse. Le doux trait de crayon de Barbara Yelin tente d’apporter un peu d’humanité dans cette histoire personnelle mais qui pourrait être celle de milliers d’autres en Europe

Ce qui se dessine en filigrane dans «Invisible», c’est avant tout deux sentiments profondément humains que ressentent non seulement les réfugié·e·s venu·e·s en Suisse, mais également (dans une autre mesure) toute personne sensible au sort des exilé·e·s qui tentent à la hauteur de leurs moyens de s’inscrire dans une démarche pro-active concernant leur intégration en Suisse. Deux sentiments partagés par le jeune Kidane et la famille bernoise

Sentiment d’injustice

Un sentiment d’injustice d’abord vis-à-vis des épreuves de la vie, que ce soit dans son pays d’origine ou durant le parcours d’exil. Des traumas auxquels il est parfois impossible de remédier. Ensuite, un sentiment d’injustice face au durcissement des conditions d’octroi de l’asile à l’encontre des ressortissant·e·s érythréen·ne·s s. Les impacts que ce changement engendre sur la vie de Kidane et son inclusion dans la société laissent paraître une certaine amertume.

Sentiment d’impuissance

Un sentiment d’impuissance également face à une administration suisse froide et cynique envers les réquérant·e·s d’asile. Un jour, Kidane reçoit un courrier et en découle une situation kafkaïenne.

Des gens comme Kidane n’ont pas le droit de rester en Suisse. Mais ne peuvent pas rentrer chez eux.

À cela, s’ajoute l’insupportable attente durant la période de recours auprès du Tribunal administratif fédéral pour tenter de sauver sa situation. Face à l’incertitude, comment le jeune Kidane peut-il poursuivre une formation, envisager un avenir en Suisse ?

La bande dessinée documentaire «Invisible» s’inscrit dans une démarche visant à rendre publique (et donc visible) la situation des personnes à l’aide d’urgence. Des vies qui défilent souvent devant les yeux d’une population suisse qui ne mesure pratiquement jamais la détresse qui s’y cache. Les exilé·e·s débouté·e·s deviennent alors des fantômes tentant tant bien que mal de vivre au jour le jour parfois sans famille et au bénéfice d’aucun droit. A travers l’histoire de Kidane, Ursula Yelin donne à voir une Suisse fortement rigide envers celles et ceux qui sont débouté.e.s et ne peuvent pas rentrer chez elles-eux, mais qui, d’un autre côté, n’hésite pas à brandir la carte de sa “tradition humanitaire” sur le devant de la scène internationale …

Ségolène Huber

Le groupe d‘action Aktiongruppe Nothilfe a contribué au contenu textuel de cette bande dessinée qui a été originellement publié en allemand sous le nom “Unsichtbar”. Le groupe se compose de personnes privées et de groupes de la société civile. Il s‘engage dans le canton de Berne contre la précarisation et l‘illégalisation des personnes sans perspective de retour, afin que celles et ceux qui ne peuvent pas rentrer dans leur pays d‘origine puissent rester en Suisse en toute légalité.

L’association Un Apprentissage – Un Avenir qui lutte pour que les jeunes migrant-e-s débouté-e-s puissent poursuivre et achever leur formation, a organisé la traduction et la publication de la BD et se charge de sa diffusion. Le bénéfice des ventes sera reversé à des associations qui accompagnent des personnes à l’aide d’urgence ainsi que des organisations qui aident des jeunes migrants et migrantes en formation en Suisse.

Pour commander la bande dessinée :
Cliquez ici  pour remplir le formulaire de commande ou contacter l’association Un Apprentissage Un Avenir : unapprentissage.unavenir@gmail.com


En relation avec cet article

, , , , , ,