Aller au contenu
Revue

Numéro : VE 87 / avril 2002

Le 20 mars, en plein équinoxe, le Conseil national a largement rejeté la dernière initiative anti-asile de l’Union démocratique du centre (UDC), avant de soutenir deux jours plus tard la Fondation Suisse solidaire. Le jour même, le rapport final de la «Commission Bergier» rappelait la lourde responsabilité de nos autorités dans le refoulement de nombreux réfugiés à nos frontières au temps du nazisme, et la nécessité de méditer ce passé pour élaborer l’avenir. Hélas. Il faut beaucoup de naïveté pour titrer, comme l’a fait un grand quotidien lémanique le 21 mars, «l’UDC échoue à durcir la loi sur l’asile». Car c’est exactement le contraire qui est vrai.

Editorial | C’est le printemps

Problèmes médicaux | Sauvetage in extremis pour un jeune bosniaque. La troisième fois sera la bonne

Détention | Mesures de contrainte. Vous en reprendrez bien un peu?

Rwanda | Quand l’ODR réveille les pires traumatismes. Après le génocide, le renvoi?

Procédure d’asile | Comment l’ODR écarte-t-il les demandes? Arbitraire, a priori et ethnocentrisme

CHRONIQUE SUISSE | du 5 février au 27 mars 2002

CHRONIQUE EUROPE | du 22 janvier – 20 mars 2002

 

Envie de la version complète?