Aller au contenu
Revue

Numéro : VE 102 / avril 2005

C’est heureux qu’il existe un pouvoir judiciaire prêt à rappeler que les personnes réfugiées bénéficient aussi de droits fondamentaux. Mais que ces droits apparaissent fragiles ! Il s’en est fallu d’un juge fédéral que la décision ne soit contraire; une majorité de politiciens assume de s’asseoir sur la Constitution; les autorités cantonales se montrent déterminées à ne pas appliquer le droit… Sans compter qu’il a fallu beaucoup de ténacité à ces demandeurs d’asile pour arriver à la Haute Cour et la chance d’être en contact avec un groupe de soutien. Mais tous les autres? Celles et ceux qui n’ont accès aux réseaux militants et juridiques? Des milliers de personnes restent sur le carreau aujourd’hui déjà, à cause d’une politique qui préfère les mettre à la rue et courir le risque qu’elles meurent de faim, plutôt que de leur offrir protection…

Editorial | Attention: Droits fondamentaux très fragiles!

Schengen-Dublin | Un accord qui traite les réfugiés comme des objets

Vaud | Réfugiés menacés de renvoi: Le mouvement ne faiblit pas

Aide d’urgence | Les parlementaires violeront-ils leur serment?

Témoignage | Permis N: une vie dans l’attente et la précarité. Et que deviendra le chat?

Parlement | Durcissement toujours plus marqué de la loi sur l’asile. Un Conseil des Etats blochérien

CHRONIQUE EUROPE | du 29 janvier -18 mars 2005

 

Besoin de la version complète