Aller au contenu
Revue

Numéro : VE 105 | décembre 2005

La Suisse de Christoph Blocher a de quoi faire froid dans le dos. Sa loi sur l’asile révisée voudrait nous conduire à une Suisse sans réfugiés, ou presque… Une Suisse repliée sur elle-même, où les rares demandeurs d’asile qui parviendraient à franchir la frontière seraient menacés sous tous les prétextes de non-entrée en matière, exclus de l’aide sociale et visés par deux ans de détention en vue du refoulement. Est-ce la mort du droit d’asile? La réalité est plus complexe. La mort du droit d’asile a déjà été annoncée après l’arrêté urgent de 1990. Mais l’instinct de survie de ceux qui n’ont plus rien à perdre, la solidarité agissante des militants de l’asile, la marge d’interprétation qui subsiste pour nombre de clauses légales, les garde-fous du droit international et les contradictions de notre société, à la fois xénophobe et attachée à son image humanitaire, ont permis à des milliers de réfugiés, année après année, d’arracher malgré tout un droit de séjour. Il en ira encore ainsi à l’avenir, si nous restons mobilisés.

Editorial | Lex Blocher: résistance

Témoignage | Soleure: Une vie de NEM

Vaud | Requérants d’asile déboutés: L’interdiction de travail comme arme de renvoi!

Mouvement | Vingt ans de lutte! Un engagement toujours nécessaire

LAsi | Révision: Une loi qui tourne le dos à l’asile

CHRONIQUE EUROPE |du 1er septembre – 28 octobre 2005

CHRONIQUE SUISSE | 8 septembre au 24 novembre 2005

Besoin de la version complète