top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Agenda de l’asile

Evénements et manifestations sur l'asile et sur les migrations

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Une plateforme de témoignages videos

Droit de rester | Une maman renvoyée de force avec ses enfants alors que le père est à l’hôpital

En ligne depuis le 24 mai 2018

Dans un communiqué, le collectif Droit de rester pour tou.te.s  alerte sur la situation d’une maman avec ses 2 enfants renvoyée de force alors que le père est à l’hôpital. La famille vit en Suisse depuis 9 ans. Nous reproduisons ci-dessous ce communiqué de presse.

Pour le lire directement sur le site du collectif Droit de rester pour tou.t.e.s, cliquez ici.

C’était ce matin tôt (23.05.18). M. I., hospitalisé depuis un mois à l’hôpital psychiatrique reçoit un appel de la maîtresse de sa fille: la petite n’est pas à l’école. Inquiet, M. appelle sa femme, pas de réponse. Il appelle alors l’école de son fils. Il n’est pas à l’école non plus. En proie à une angoisse compréhensible, il se rend alors à son domicile et il découvre un appartement vide, mais en désordre, tout a été fouillé, des choses manquent et surtout sa femme et ses enfants ne sont pas à la maison.

On pourrait ainsi commencer un roman policier, mais c’est malheureusement la réalité que M. I. a vécue hier matin à Lausanne, au milieu d’une ville calme où tout suit son rythme.

La famille I. est une famille de réfugié.e.s bosniaques, en Suisse depuis 9 ans avec 2 enfants de 15 et 7 ans. Madame est une rescapée du massacre de Srebrenica où elle a perdu son premier mari. Il s’agit d’une famille traumatisée par cette longue et terrible guerre et qui a cherché protection et sécurité en Suisse.

Depuis leur arrivée, ils se battent pour obtenir un permis stable, mais rien n’y fait. Dès lors, la logique du renvoi de toute personne déboutée de l’asile se met en place. Menaces sur menaces, rendez-vous angoissants et très rapprochés au SPOP, les parents décompensent jusqu’à l’hospitalisation du papa.

Entre temps une demande de reconsidération est envoyée à Berne ainsi qu’une demande de suspension du renvoi. Ceci devrait mettre la famille à l’abri d’un renvoi violent.

Mais non, la violence continue jusqu’à l’arrestation dans le silence de la nuit. À 3 heures du matin, une dizaine de personnes débarque dans l’appartement de la famille, lampes de poche au poing. Madame I. demande à téléphoner avec son mari, elle aimerait informer la psy qui les suit… impossible. De toute façon, les policiers ont la liste des médicaments qui lui faut. Madame I. n’a même pas le droit d’aller aux toilettes toute seule. Madame et ses deux enfants sont emmenés à l’aéroport, séparés, chacun dans une autre voiture. À l’arrivée à Sarajevo, personne pour les accueillir, les rassurer, prendre soin d’eux.

Personne n’a rien vu, personne n’a rien entendu et surtout personne n’a été averti de l’arrestation d’une partie de la famille. Surtout pas le mari qui l’apprend par une maitresse heureusement responsable.

D’où vient cette violence qui frappe les plus faibles, qu’est-ce qui justifie un acharnement pareil à vouloir expulser sans respect de leur détresse des êtres humains? Et pourquoi ce silence? Sans l’intervention de personnes solidaires, Monsieur n’aurait pas su que sa femme et ses enfants étaient dans les mains de la police.

Le SPOP n’assume pas ses responsabilités. Dans la logique de la déshumanisation, il laisse la police exécuter ses ordres – apparemment, personne du SPOP n’était présent lors de l’arrestation. Personne pour voir ce que c’est d’arriver à 3h du matin dans une famille fragile, pour la renvoyer de force vers un passé traumatique pour Madame I., vers un pays que ni la fille née en Suisse ne connaît, et dont le plus grand garçon, arrivé à 6 ans, a probablement tout oublié. Pourtant il y a des responsabilités graves à chaque échelon de la pratique inhumaine des expulsions.

Nous accusons les responsables politiques ainsi que le SPOP et la police de violations graves du droit à l’unité de la famille, ainsi que des droits des enfants et des droits des personnes à être reconnues dans leur détresse et être respectées.

 

 


En relation avec cet article

, , ,