top menu

Plateforme d’information sur l’asile

Actualités et documentation sur les réfugiés en Suisse et dans le monde

Comptoir des médias

Une veille médiatique sur les questions d’asile, pour une information sans préjugés

Réfugiés | Préjugés et réalité

Des faits et des chiffres pour lutter contre les idées reçues

Revue Vivre Ensemble

Bulletin de liaison pour la défense du droit d’asile

Migr’asile

Des ateliers pédagogiques proposés par des acteurs de terrain

Association Vivre Ensemble

Service d'information et de documentation sur le droit d'asile

Glossaire de l’asile

Mémo[ts] pour parler d'asile et de migrations

Témoignages video

Exilia Films – Voix d’asile. Donner la parole aux actrices et acteurs de l’asile

Solidarité Tattes | 6 ans après l’incendie

En ligne depuis le 17 novembre 2020

Dans la nuit du 16 au 17 novembre 2014, un incendie a éclaté dans le Centre d’hébergement collectif (CHC) des Tattes (GE), coûtant la vie à un requérant d’asile érythréen et causant la défenestration d’une quarantaine de jeunes hommes, dont plusieurs sont restés traumatisés ou diminués physiquement. Cet événement avait fait apparaître au grand jour des conditions de vie que la plus grande partie de la population ignorait ou ne pouvait même pas imaginer. Six ans après, l’association citoyenne Solidarité Tattes appelle la société a ne pas oublié ce tragique incident en réclamant justice et des papiers pour toutes les victimes de l’incendie.

La RTS annonçait dans la matinée du 17 novembre 2020 que le Ministère public genevois avait terminé son instruction et que cinq personnes risqueraient d’être condamnées. En raisons de la crise sanitaire, la procédure a été retardée cette années mais, selon la RTS, le Parquet rendra « “d’ici la fin de l’année” un avis de prochaine clôture aux différentes parties ».

Nous publions ci-dessous le communiqué de Solidarité Tattes.

17 novembre 2020, il y a 6 ans :
L’incendie des Tattes

QUE LE MINISTERE PUBLIC
RENDE ENFIN SON VERDICT !
DES PAPIERS POUR AYOP !
POUR UNE VERITABLE POLITIQUE D’ASILE !

16 novembre, foyer des Tattes: 1 pancarte, 1 bougie et des fleurs pour ne pas oublier

16 novembre, foyer des Tattes: 1 pancarte, 1 bougie et des fleurs pour ne pas oublier. Solidarité Tattes.

Malgré la pandémie et le semi-confinement, aujourd’hui 16 novembre 2020, nous voici au foyer des Tattes avec cette pancarte pour nous rappeler les événements de 2014. Notre souvenir est intact : dans la nuit du 16 au 17 novembre 2014, un incendie a éclaté dans le Centre d’hébergement collectif (CHC) des Tattes, coûtant la vie à un requérant d’asile érythréen et causant la défenestration d’une quarantaine de jeunes hommes, dont plusieurs sont restés traumatisés ou diminués physiquement. La justice ne s’est pas encore prononcée sur les responsabilités, ni sur les indemnisations au bénéfice des sinistrés qu’elle serait bien en difficulté de distribuer, 6 ans après l’accident. En effet, la plupart des personnes concernées ont fui la Suisse d’elles-mêmes ou ont été renvoyées. Justice des plus obscures, tant il est vrai que nous n’arrivons jamais à obtenir des informations pour savoir où en est l’enquête.

Plus le temps passe, plus l’oubli devrait recouvrir ces événements dramatiques et scandaleux. Mais plusieurs organisations de la société civile sont là pour dire : nous n’oublions pas !

Ce tragique événement avait fait apparaître au grand jour des conditions de vie que la plus grande partie de la population ignorait ou ne pouvait même pas imaginer. Des groupes citoyens se sont créés pour dénoncer le manque d’humanité subi par les sinistré-e-s et les requérant-e-s débouté-e-s. Depuis, plusieurs associations ont tissé des liens avec les résidents du CHC des Tattes. En 2019, nous avons apposé une plaque commémorative en souvenir de cette catastrophe, de la personne décédée et des personnes blessées.

Parmi les sinistrés des Tattes, il y a Ayop, toujours en Suisse, pour qui nous essayons de faire des démarches afin qu’il obtienne une autorisation de séjour. La dernière en date s’est faite il y a un mois. Nous avons demandé à MM. Poggia et Apothéloz et à Mme Torracinta de bien vouloir recevoir Ayop (avec notre accompagnement), afin qu’ils prennent connaissance de cette situation emblématique : une victime de l’incurie de l’état dont ils sont responsables. C’est aussi un jeune qui a appris le français, qui désire pouvoir se former et travailler et qui a su tisser autour de lui un réseau de solidarité.

Les mesures sanitaires restrictives touchent évidemment aussi les activités des associations, mais elles n’entament en rien notre détermination à connaître la vérité concernant l’incendie des Tattes et à réclamer justice et des papiers pour toutes les victimes de cet incendie.

QUE LE MINISTERE PUBLIC RENDE ENFIN SON VERDICT !

DES PAPIERS POUR AYOP !

POUR UNE VERITABLE POLITIQUE D’ASILE !

Solidarité Tattes, AGORA, coordination asile.ge


En relation avec cet article

, ,