Aller au contenu
Revue

Numéro : VE 118 / juin 2008

Il faut dire que la Suisse, avec une belle application, n’a cessé en vingt ans de durcir le droit d’asile. Six révisions de la loi, deux arrêtés urgents, une loi sur les mesures de contraintes, souvent suivis de référendums et de campagnes de votations. Pas le temps de s’ennuyer. Ces incessantes révisions ont été accompagnées de mesures qui ont successivement laminé les droits des requérants, dégradé leurs conditions de vie (interdiction de travail, assistance réduite, isolement social, aide d’urgence pour les déboutés,…), les ont marginalisés, pour finir par les criminaliser (emprisonnement des déboutés en vue du renvoi). Tout a été mis en œuvre ces vingt dernières années pour faire comprendre aux réfugiés, qu’ils ne sont pas les bienvenus.

Editorial | Un nouveau départ

Vaud | Aide d’urgence pour les déboutés

Coup de chapeau | Requérants spoliés: le TAF condamne le Valais, Sœur Marie-Rose avait raison

Neuchâtel | Réfugiés statutaires, admis provisoires et requérants d’asile: Aide à l’insertion professionnelle

Aide d’urgence | L’exclusion de l’assurance maladie viole le droit: Des malades laissés à l’abandon

Procédure | Demandes d’asile à l’aéroport de Genève: Des conditions de vie inhumaines

CHRONIQUE EUROPE | du 13 mars – 22 mai 2008

CHRONIQUE SUISSE | du 13 mars au 20 mai 2008

Besoin de la version complète