Aller au contenu
Notre regard

Carte | La loterie de l’asile 2017

L’asile, une loterie?

De 9% à 89%. La probabilité d’obtenir une protection internationale varie du tout au tout selon que l’examen des motifs de fuite est fait par la Tchèquie, la Pologne, la France, l’Espagne, l’Irlande ou la Suisse. Nous publions la carte actualisée de cette loterie de l’asile, réalisée par le cartographe Philippe Rekacewicz à partir des données Eurostat pour 2017.

Carte: Philippe Rekacewicz | visioncarto.net – Vivre Ensemble 2018

En 2017, plus de 500’000 demandeurs d’asile ont obtenu la protection des États membres de l’Union européenne (UE) et de la Suisse, la Norvège, le Luxembourg et l’Islande selon l’Office de statistique de l’UE. [1] La part des décisions positives dans le total de décisions s’est établi à 46 % pour les décisions de première instance et 36 % pour les décisions définitives en appel.

Le pays d’origine est déterminant dans le taux de reconnaissance. Les Syriens obtiennent à 94 % un statut protecteur. Ils sont suivis des ressortissants d’Erythrée (92 %), de Somalie (69 %) et du Soudan (60 %). Les durcissements des politiques d’asile des États s’y reflètent également: alors que la situation sécuritaire en Afghanistan ne s’est de loin pas améliorée, le taux de protection accordé aux ressortissants afghans est passé de 67 % en 2015 à 46 % en 2017.

Le statut protecteur comprend le statut de réfugié (défini par la Convention de 1951 sur les réfugiés), la protection subsidiaire (définie par la Directive qualification de l’Union européenne et qui protège notamment les personnes fuyant les conflits et les guerres) et la protection humanitaire (définie par les législations nationales). [2] A noter que depuis 2014, les décisions négatives « Dublin » sont exclues du calcul du taux de protection par Eurostat [3]

Sophie Malka

[1] Communiqué: Eurostat, Décisions sur les demandes d’asile dans l’UE, 67/2018, 19 avril 2018

[2] La Suisse et son « admission provisoire » joue cavalier seul : elle inscrit les personnes fuyant les guerres et les conflits dans la protection humanitaire, alors qu’elles seraient éligibles à une « protection subsidiaire ». Décryptage et définitions: «Admissions provisoires: majoritairement pour raison médicale?», VE 153 / juin 2015.

[3] Eurostat indique : « Since reference year 2014, asylum applicants rejected on the basis that another EU Member State accepted responsibility to examine their asylum application under ’Dublin’ Regulation No 604/2013 are not included in data on negative decisions. This has lowered the number of rejections. Consequently, the proportion of positive decisions in the total number of first instance decisions is estimated to have increased by around 5 percentage points. » Référence: « Statistics Explained, Final decisions taken in  appeal, note 3″ (consulté la dernière fois le 27.07.18)

Voir également nos pages statistiques et les précédentes cartes  pour les statistiques européennes 2012 et 2015 témoignant des mêmes phénomènes.